La liberté d’expression : un bien commun

By in , ,
1031
La liberté d’expression : un bien commun

Nice a été frappée par le terrorisme pour la troisième fois en cinq ans. Ce nouveau drame nous invite à réfléchir à la liberté d’expression. Comment la défendre ? A-t-on le droit de tout dire ? Le psychologue Mathieu Auriol vous propose ses réponses à ces questions sur France Bleu Azur où il était l’invité de Jeanelle Bernart dans « Les Matins Bonheur. » Une émission que vous pouvez retrouver ici.

Emission Les matins Bonheur de France Bleu Azur sur La Liberté d’expression avec le psychologue Mathieu Auriol

Qu’est-ce que la liberté d’expression ?

La liberté d’expression est un fondement de notre démocratie. Elle nous permet de nous exprimer sans craindre d’être attaqué ou discriminé pour nos opinions et nos convictions.

France Bleu Azur psychologue nice

Comme je l’exprimais à l’antenne de France Bleu Azur, cette liberté doit pouvoir s’exercer car elle fait partie de notre identité depuis l’époque des Lumières. C’est un héritage que nous devons conserver et préserver pour notre liberté et pour celle des générations futures.

Un droit important pour tous

La liberté d’expression est un droit qui permet au débat de naître. Exprimer ses opinions, écouter celles des autres offre l’opportunité de se construire plutôt que de s’enfermer dans une pensée toute faite, uniformisée.

Le débat est essentiel à la vie démocratique mais surtout à la vie psychique de chacun. Quand il est bienveillant, dans le respect de la parole de l’autre, le débat permet de confronter les points de vue et d’intégrer cette vision à nos propres connaissances. C’est une richesse.

Des règles et un cadre pour cette liberté

La liberté d’expression ne peut fonctionner seule. Elle est dépendante de la liberté d’opinion et de la liberté de conscience.

Ces trois notions amènent à la question de la responsabilité. Elle est ancienne : la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 indique que « nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses pourvu que leurs manifestations ne troublent pas l’ordre public établi par la loi ».

Cela signifie que nul ne peut détourner la liberté d’expression pour inciter à la haine, à la discrimination, à l’injure ou à la diffamation. C’est inscrit dans nos textes depuis 1881 avec la Loi sur la liberté de la presse où l’insulte, la diffamation, l’incitation au délit ou au crime ou encore l’outrage aux bonnes mœurs est interdit.

La liberté d’expression est donc encadrée pour qu’elle ne soit pas détournée et utilisée à des fins néfastes. Il faut des règles et un cadre afin de pouvoir discuter posément, calmement, dans le respect de la parole de l’autre.


Quel lien entre la liberté d’expression et la psychologie ?

S’exprimer c’est s’affirmer comme sujet, comme individu. La psychologie et en particulier la psychothérapie tient donc une place prépondérante dans l’exercice de la liberté d’expression car elle cherche justement à ce que chacun puisse libérer sa pensée et l’exprimer sans crainte.

thérapie psy

Donner notre avis sur une question c’est exprimer notre sensibilité et notre particularité au monde et aux autres. C’est essentiel pour notre épanouissement puisqu’en exprimant une opinion nous pouvons affirmer notre existence, notre sensibilité. Elle est unique et propre à chacun.

Le « pourquoi ? » de l’enfant

Dès le plus jeune âge, l’enfant est naturellement curieux et cherche à appréhender le monde en posant des questions. La plus connue est le « pourquoi ? » que les plus jeunes posent à tour de bras à leurs parents pour essayer de comprendre le monde qui les entoure. C’est grâce à la communication que l’enfant façonne sa pensée, ses perceptions, sa subjectivité

C’est donc une nécessité pour l’enfant – qui est philosophe sans le savoir- de questionner le monde afin de se l’approprier. Sans cela, l’enfant pourra être amené à développer des troubles ou retard qui pourront lui être handicapant pour sa construction psychique. Il pourra être important dans ce cas de l’amener en consultation pour s’assurer de trouver des solutions à la situation actuelle.

L’affirmation de soi à l’adolescence

La compréhension laisse place à l’affirmation. L’adolescent aiguise son sens critique et peut s’opposer aux concepts que ses figures d’autorités lui ont enseignés. Ses parents, ses proches, l’école, l’environnement socioculturel dans lequel il a grandi.

A travers ses prises de positions parfois tranchées, voire radicales, l’adolescent affirme se liberté d’expression. Par les mots et par les actes. L’adolescent remet en question ce qu’il a toujours cru “vrai” et commence à s’individualiser en prenant ces distances.

Il s’intéresse à de nouveaux domaines, de nouvelles idées et ouvre son champ de réflexion à d’autres discours. Ces transformations ne se font pas sans souffrance. C’est difficile pour un adolescent de se confronter à l’inconnu, à ce qui diffère de ce qu’il a toujours connu. Dès lors, il peut changer de comportement : s’opposer, devenir agressif, tomber dans des addictions, prendre des risques. Ces actes témoignent d’un conflit de valeurs internes qu’il vit en grandissant. Si l’adolescent a du mal à se comprendre, il est important de pouvoir l’aider à en parler auprès d’une psychologue lors d’entretiens thérapeutiques.

Néanmoins, cette confrontation d’idées à l’adolescence est essentielle pour se développer en tant qu’adulte.


Liberté d’expression et réseaux sociaux

Internet et les réseaux sociaux numériques offrent d’immenses possibilités d’exprimer son opinion, de raconter, de témoigner. Mais ils laissent aussi libre cours à tous les excès : haine, violence, harcèlement.

Certains utilisateurs se sentent libres de prendre la parole parce qu’ils se sentent protégés par leur écran et leur anonymat. Or ils oublient les conséquences du poids des morts et de leur prise de position.

S’exprimer : les droits et les devoirs

liberté d'expression

La liberté d’expression est un droit mais aussi un devoir de conscience. Quand on s’exprime, nos mots une incidence notamment sur des individus fragiles et influençables. Les dérives des réseaux sociaux se manifestent à travers plusieurs exemples : les fake news, les théories du complot, et tant d’autres.

La liberté d’expression soulève deux questions éthiques :

  • Pourquoi prendre la parole ?
  • Quelle incidence à ma parole ?

Le temps de la réflexion

La prise de parole correspond à une intention. On l’utilise pour exprimer un propos, une opinion ou bien pour débattre, cherche une meilleure compréhension d’une situation. A l’image de Socrate qui cherche la Vérité par l’échange.

A l’inverse, la parole peut être une arme utilisée à tort pour agresser, dévaloriser le discours adverse voire inciter à la haine. Ainsi, il faut toujours se demander quelle incidence a ma parole sur mon interlocuteur.

Chaque mot a un sens, un poids. Choisir le bon mot, construire son discours est une gymnastique qui nécessite du temps, de la réflexion. On demande souvent aux enfants de “tourner sept fois leur langue avant de parler.” Nous devrions nous appliquer cet adage à nous-mêmes.


Apprendre à se connaître pour s’exprimer et faire entendre son discours

Le débat d’idée peut être vécu comme une attaque personnelle pour une personne fragile. Elle n’est pas en capacité d’accepter la différence ou la contradiction car cela la mettrait dans une position psychiquement intenable car paradoxale.

Dès lors, tout discours différent du sien est vécu comme cherchant à le détruire ou à changer sa réalité et son opinion. C’est là que des mécanismes de défense se mettent en place : le déni, le refus, le refoulement.

On comprend mieux pourquoi certaines personnes refusent catégoriquement de pouvoir se remettre en question ou de changer de point de vue car ce regard sur soi peut être vécu comme une atteinte narcissique insupportable. Remettre en cause tous les fondements théoriques de la personne en question serait trop douloureux à accepter pour cette dernière.

psychologue echange

C’est ainsi que pour certaines personnes il vaut mieux être dans l’illusion que dans la recherche de la vérité car cela est plus rassurant.

C’est pour cela qu’il est primordial de pouvoir consulter un psychologue pour parvenir à se défaire de nos présupposés qui nous handicapent au quotidien. Le travail thérapeutique permet de pouvoir mieux accepter ce qui est et de se débarrasser de troubles qui ont un impact sur notre vision du monde et nos relations.


En conclusion

La liberté d’expression n’a pas pour but d’avoir raison mais de permettre la discussion, le débat et de raisonner ensemble. Elle est le fondement de notre démocratie. Elle permet d’installer un espace d’expression pour s’enrichir mutuellement sans tomber dans la violence.

La liberté d’expression doit permettre à chacun de s’élever, de grandir et de partager ses positions et questionnement dans l’apaisement et dans la construction commune. Chacun doit pouvoir participer à la construction du vivre-ensemble en apportant humblement, une pierre à l’édifice de notre société.

Pour aller plus loin :

54321
(0 votes. Average 0 of 5)