Changer de vie, pourquoi faire ? Comment faire ?

By in , ,
312
Changer de vie, pourquoi faire ? Comment faire ?

Franchir un cap, offrir un autre sens à son existence. Vous êtes nombreux à vouloir donner un tournant à votre vie. Changer de travail, adopter un nouveau mode de vie, oser se lier ou rompre avec un proche. Autant de questions auxquelles je tente de répondre dans « Les matins bonheur » de France Bleu Azur avec Jeanelle Bernart.

Emission France Bleu Azur du Mardi 12 Novembre 2019 – Les Matins Bonheur
Oser prendre le virage de sa vie avec notre Psychologue Mathieu Auriol

Quand France Bleu Azur m’a proposé de venir parler de changement de vie le mois dernier, j’ai accepté avec enthousiasme. En effet, cela était pour moi l’occasion d’échanger et de sensibiliser les personnes sur une problématique importante et qui est mon domaine de prédilection : la thérapie par la recherche de sens. Loin de moi l’idée de vous livrer un cours de psychologie mais plutôt de répondre à des problématiques profondes par une approche humaniste afin d’aider celles et ceux à la recherche d’une meilleure compréhension d’eux-mêmes et d’épanouissement personnel.

France Bleu Azur psychologue nice

Vous êtes de plus en plus nombreux à vous demander si vous êtes réellement heureux dans votre vie professionnelle et surtout personnelle. Se confronter à cette question demande de la force et du courage. Elle ébranle et désarçonne. Le but de mon intervention dans « Les matins bonheur » sur France Bleu Azur le 12 novembre dernier a été de vous proposer un accompagnement dans cette situation pour que vous osiez prendre le virage de votre vie.

Quand prend on conscience que l’on veut changer de vie ?

Nombreuses sont les personnes qui traversent une crise existentielle. Et les facteurs qui mènent à ce basculement sont tout aussi multiples. En témoignent les histoires et témoignages des auditeurs de France Bleu Azur.

Dans le cas de Sarah, elle ne sentait plus en adéquation avec la vie qu’elle mène et elle a voulu, à juste titre, que cela change.

Effectuer ce genre de considérations vis à vis de soi-même n’a rien d’étrange. Les questionnements existentiels sont le propre de l’Homme. Chercher le sens de sa vie demande des capacités de rationalisation et de compréhension. On en vient au final à se demander : « quel est le but de ma vie ? » Si solutionner cette question avait été simple, Sartres, Camus Heidegger et Platon n’auraient pas passé leur existence à tenter d’y répondre. Si la réponse est si difficile, c’est bien parce qu’elle est différente pour chacun. C’est un cheminement personnel qui permet de trouver un sens à sa vie.

La question du sens de la vie peut surgir à l’issue d’un évènement. Par exemple, lorsqu’on perd un proche. La séparation nous renvoie à notre propre finitude et à des questions existentielles lourdes de sens. C’est souvent dans ces moments-là qu’on prend la décision de changer le cours de notre vie. C’est l’épreuve existentielle – un électrochoc qui nous fait déconnecter de notre quotidien et prendre de la hauteur. Cela nous fait observer le monde avec une lucidité que nous n’avons pas en temps normal.

Ces prises de conscience peuvent être douloureuses mais salvatrices. Elles permettent de faire le point sur soi et de prendre conscience d’éléments qui peuvent être déterminants.

Pourquoi les questions existentielles font-elles souffrir ?

Elles font souffrir car elles suscitent de l’angoisse et trouver l’origine même de notre angoisse est une frustration car elle est difficilement explicable. De fait, c’est une situation d’autant plus insupportable pour la personne qui traverse cette crise d’angoisse. Chercher les causes exige de faire preuve d’introspection et cela demande du temps. Or, dès le plus jeune âge nous sommes invités à faire des choix vite et bien sans se poser forcément la question de l’adéquation. Etudes, métier, mode de vie ; tout doit être décidé rapidement et très tôt, sans parfois se laisser le temps de la réflexion et de la maturité.

L’environnement familial, social et culturel influence nos prises de décisions. Nous sommes influencés, voire déterminés par de nombreux facteurs environnementaux dont il est compliqué de se défaire. Le témoignage de Thibaut au micro de France Bleu Azur en est un exemple parfait. Il avait pris le chemin des études comme son père, réalisant petit à petit que ce n’était pas forcément son choix propre. Dès lors, il a pu opérer une transition pour aller vers un métier en adéquation avec sa passion et ses besoins.

Ce carcan peut nous empêcher de vivre réellement la vie que l’on souhaite et nous amène à souffrir petit à petit. Les risques sont nombreux : la dépression, l’apathie, les angoisses, un isolement, une perte d’envie (alimentation, vie sociale, etc…). Dès lors, comment remédier à cette situation ?

Les étapes vers le changement de vie

Changer de vie c’est avant tout être conscient de ce que l’on vit pour se libérer de nos déterminismes. Je cite une très belle formule de Pierre Le Coz :

« lorsqu’on ne comprend pas ce que l’on vit, on le subit. »[1] 

Pierre Le Coz

Il définit le travail de la thérapie avec acuité et pertinence. Chaque personne étant unique, il n’y a pas de réponse toute faite aux problématiques existentielles. Un patient peut se sentir seul et abandonné face à un vide existentiel. Il risque alors de développer des symptômes tels que de l’anxiété par exemple. Pour d’autres, c’est plutôt un sentiment de solitude face à un monde absurde dénué de sens qui peut être vécu avec beaucoup de violence.

changer de vie

Il n’y a pas d’âge pour vivre une crise existentielle. Il m’arrive d’entendre que des jeunes ayant entrepris de longues études, décident finalement de tout abandonner pour pouvoir faire un tout autre métier qui les épanouit bien plus. Les témoignages lors de l’émission rendent compte de cela et du changement de mentalités qui s’opère.

Pourquoi consulter un psychologue ?

Faire une thérapie, plus particulièrement en analyse existentielle, permet donc de pouvoir trouver un sens à sa vie. Le but de cette thérapie, initiée par Victor Frankl, permet aux patients de sortir d’un état inactif pour redevenir acteur de leur vie.

Consulter c’est s’offrir un moment pour soi, avoir un espace un temps pour comprendre ce qui nous anime. Le dialogue avec le thérapeute permet de se recentrer et de ne pas passer à côté de ce que l’on est et de qui on est. Il s’agit de reprendre confiance en soi et de se sentir en harmonie avec ses propres désirs. A partir de ce moment là il devient possible de redécouvrir pleinement sa vie.

Réécouter l’émission du 12 novembre sur France Bleu Azur :

Pour aller plus loin :


[1] Le Coz, P., (2018), L’Ethique Médicale, approchées philosophiques. Presse Universitaire de Provence. p. 8.

54321
(0 votes. Average 0 of 5)