Plusieurs de vos consultations chez un psychologue bientôt remboursées

By in , ,
1023
Plusieurs de vos consultations chez un psychologue bientôt remboursées

L’épidémie de Covid-19 a mis en lumière la nécessité pour les Français de prendre soin de leur santé mentale. En effet, beaucoup ont décidé de voir un psychologue mais la question du remboursement de la psychothérapie se pose alors.

Isolement, anxiétés liées à la maladie, dépression, etc. autant de difficultés auxquelles nous avons tous été confrontés durant cette période si particulière. Nombreux sont les patient(e)s qui consultent un psychologue pour des problématiques aggravées par la crise sanitaire. A titre d’exemple, près des deux tiers des 18-25 ans estiment que l’épidémie « aura des conséquences négatives sur leur santé mentale » selon un sondage réalisé par l’institut Ipsos pour la Fondation FondaMental, réseau de chercheurs sur les maladies psychiatriques.

Le remboursement de séances de psychothérapie par les mutuelles

Les complémentaires santé ont donné leur accord pour rembourser plusieurs consultations chez un psychologue diplômé.

La fédération française de l’assurance, la Mutualité française et les institutions de prévoyance se sont engagées, le 22 mars dernier, à prendre en charge des séances chez les psychologues libéraux dans la limite de 60 euros par consultation.

Remboursement-therapie

Pour les mutuelles, il s’agirait d’un remboursement d’au moins 4 séances par an. Pour les assureurs, 4 séances c’est le maximum auquel un patient pourra prétendre pour être remboursé. Ce dispositif pourrait entrer en vigueur dans les prochaines semaines.

Vous pouvez dès à présent vous rapprocher de votre mutuelle pour vous renseigner sur le nombre maximal de séances prises en charge.

A noter que les consultations chez un psychanalyste ou autre “pseudo-psycho” n’ayant pas de diplôme de psychologie sont exclues de ce dispositif.

Ordonnance obligatoire pour voir un psychologue ?

Les fédérations de complémentaires santé se sont mis d’accord sur la nécessite de présenter une prescription rédigée par un médecin pour obtenir le remboursement des séances de psychothérapie.

remboursement-psychotherapie

Or, j’estime comme beaucoup de confrères, consoeurs, et organisations que cette obligation est une entrave au parcours du patient. En tant que psychologue je souhaite que mes patients puissent avoir un accès direct à mon cabinet sans avoir à passer par leur généraliste. Cet intermédiaire peut être un frein à leur motivation à venir consulter.

Certains patients n’ont peut-être pas envie d’exposer leurs problèmes psychologiques à leur médecin traitant et il faut l’accepter.

Favoriser une prise en charge pérenne

Cette initiative, si elle entre en vigueur, est une bonne nouvelle. Permettre le remboursement des psychothérapies c’est offrir au plus grand nombre l’accès aux consultations. Beaucoup de personnes partent du principe que consulter un psychologue coûte cher étant donné qu’il n’y a pas de remboursement par la sécurité sociale. Elles se privent donc d’aller voir un professionnel de la santé mentale ce qui est dommageable. En réalité, de nombreux psychologues adaptent leurs tarifs en fonction des possibilités des personnes.

remboursement-psychologue

Même si le nombre de quatre séances remboursées est insuffisant, accéder à ce « début » de thérapie permet à un patient de faire le bilan. Consulter, au moins une fois, permet d’être du côté de la prévention plutôt que de la guérison et d’éviter que les personnes se retrouvent dans des situations douloureuses et lourdes qui nécessiteraient des soins bien plus importants.

Par exemple, un deuil qui ne serait pas suivi et accompagné risque de durer dans le temps et de conduire la personne à développer d’autres troubles qu’un deuil normal. Celui ci aura des conséquences sur la personne elle-même bien évidemment, mais également sur sa famille, ses proches ainsi que son travail.

La santé mentale n’a malheureusement jamais était réellement au cœur des préoccupations de la politique de santé de notre pays, ce qui est un grand tort à mon sens. Avec ces remboursements, le débat est en train de pencher du bon côté. Cela permet d’imaginer un avenir où la prise en charge des soins psychiques pourra être équivalente à la prise en charge somatique.

Les mécanismes de remboursement auxquels vous pouvez déjà prétendre

  • Le chèque psy : si vous êtes étudiant. Le « chèque d’accompagnement psychologique » (CAP) renommé dispositif « Santé Psy Étudiants » permet aux étudiants fragilisés par la crise d’accéder à des séances gratuites de soutien psychologique. Cette mesure annoncée par le gouvernement le 15 janvier, est entrée en vigueur depuis le 1er février. Tous les étudiants peuvent obtenir cette aide pour pouvoir consulter.
  • Un « Pass santé jeunes » en région PACA : 6 séances offertes. Attention, elles ne prennent pas en compte l’intégralité de la tarification de la psychothérapie. Mais c’est un début puisque cela peut permettre à certains jeunes de consulter une première fois. Cela permettra de les aider aussi à se comprendre et se débarrasser de certaines problématiques qu’ils vivent au quotidien.
  • Expérimentations dans quatre départements (alpes-maritimes exclues) : Le 16 février dernier la Cour des Comptes a publié un rapport sur le parcours des patients dans la filière psychiatrique et ce rapport a rendu un avis favorable sur les remboursement des séances des psychologues libéraux par la sécurité sociale. Ce rapport est la conséquence d’une expérimentation qui s’est faite dans différents départements : dans les Bouches-du-Rhône, le Morbihan, les Landes et la Haute-Garonne pendant plus de deux ans.

Pourquoi consulter un psychologue ?

On peut aller consulter un psychologue simplement pour faire le point et voir si cela peut nous faire du bien.

Consulter n’est heureusement plus un tabou, ou le signe que l’on serait “fou”. On peut avoir besoin de soutien, d’être accompagné dans nos réflexions existentielles ou pour traverser un moment difficile. La durée d’une psychothérapie dépend de ce que l’on souhaite travailler.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à en parler avec le psychologue que vous souhaitez consulter.

Pour aller plus loin :

54321
(0 votes. Average 0 of 5)