La psychothérapie EMDR

La psychothérapie EMDR

SERVICE OVERVIEW

Qu’est-ce que l’EMDR ?

L’EMDR est un acronyme anglais qui veut dire « eye movement desensitization and reprocessing » ce que l’on pourrait traduire par l’intégration neuro-émotionelle par mouvements oculaires. Le but est de pouvoir aider le Processus de Traitement Adaptatif de l’Information (modèle P-TAI) inné en nous.

C’est une forme de psychothérapie qui a été conçue dans les années 80-90 par une psychologue américaine californienne qui s’appelait Francine Shapiro.

L’origine de l’EMDR

C’est par hasard, alors que Francine Shapiro se promenait à l’extérieur, dans un parc, qu’elle a découvert un moyen simple de stimuler un mécanisme neuropsychologique assez complexe présent en chacun de nous. En effet, elle était parfois envahie par des pensées négatives provenant de l’annonce d’un cancer qu’elle a eu. Elle observa que le fait de marcher l’aidait à se débarrasser petit à petit de ses ressentis négatifs et de se sentir mieux.

Dès lors, en tant que chercheuse, elle a essayé de comprendre pourquoi le fait de marcher lui permettait de se sentir mieux par rapport à ses pensées anxiogènes et envahissantes. C’est ainsi qu’elle s’intéressa à la question de la latéralité (de notre corps) et du fait de stimuler de façon alternée notre cerveau, entre le côté gauche et le côté droit.

emdr-nice

Ce mécanisme nous permet de retraiter des expériences et des vécus traumatiques qui ont été stockés dans notre mémoire mais qui n’ont pas été digérés et qui peuvent être à l’origine de différentes problématiques et symptômes, parfois très handicapants dans notre quotidien.

Le but du psychologue pratiquant la psychothérapie EMDR et de permettre à la personne de pouvoir digérer les émotions qui ont été trop intenses, difficiles ou douloureuse à un moment T et qui sont restées bloquées.

Comment fonctionne l’EMDR ?

Le psychothérapeute formé à l’EMDR cherchera à créer la stimulation d’un processus qui est déjà en nous, un processus d’auto guérison et de traitement de l’information que l’on vit jour après jour de façon totalement inconsciente.

En effet lorsque l’on se coupe légèrement avec une feuille de papier, on observe que notre corps a cette capacité d’auto guérison et de se soigner, de cicatriser cette petite plaie naturellement. De la même façon lorsque l’on vit à un événement assez désagréable mais pas forcément trop grave psychologiquement, on parvient à traiter cette information, à digérer cette émotion et à se dire que c’était un moment délicat mais que nous avons pu passer à autre chose.

C’est le Traitement Adaptatif de l’Information, que l’on nomme TAI. Notre cerveau traite l’information vécue et s’adapte à ses nouvelles données afin d’en tirer des conclusions et leçons.

Néanmoins si on se coupe un peu trop profondément, notre corps risque d’avoir des difficultés à cicatriser de lui-même. Il y a alors nécessité d’avoir quelques points de suture pour aider la cicatrisation. Et bien c’est la même chose d’un point de vue psychologique. Lorsqu’un événement est trop intense, trop douloureux, cette information est trop difficile à digérer pour notre cerveau et elle ne peut être traitée et se stocker. Le TAI échoue alors. C’est ainsi que le souvenir se bloque et ne pas être traité et digéré. C’est là que vient le problème puisque ce blocage nous empêche aussi d’avancer et de traiter ses données.

L’EMDR permet justement de faciliter ce processus de guérison afin de débloquer ce souvenir douloureux et de permettre à ce que l’émotion rattachée à cette mémoire puissent être digérée et stockée différemment. L’EMDR cherche donc à relancer le Processus de Traitement Adaptatif de l’information (modèle P-TAI) afin de pouvoir mémoriser ce souvenir anciennement douloureux et traumatique comme un souvenir normal et non plus comme un souvenir chargé de son affect.

Le trauma T et le trauma t

Lorsqu’on parle de traumatisme on pense régulièrement à un événement unique très grave qui fait effraction dans notre vie qui vient perturber la personne. Cela est évidemment vrai bien que ce ne soit pas toujours le cas. Un traumatisme peut être une agression physique, une agression sexuelle, des guerres, des attentats, toutes sortes de situations qui sortent du quotidien et qui viennent faire effraction dans notre psychisme. C’est ce que l’on appelle le « trauma T ».

Cependant il existe également le « trauma t ». Ce dernier renvoi plutôt au fait de vivre des traumatismes du « quotidien » presque insidieux. Ce sont toutes ces petites choses qui viennent nous malmener, nous blesser dans notre vie de tous les jours et dont nous n’avons pas toujours conscience notamment lorsque l’on est enfant.

L’enfant qui découvre le monde va forcément chercher à le comprendre et à tirer des conclusions des expériences qu’il vit. De ses expériences il en tire des leçons qu’il va mémoriser et inscrire dans sa mémoire comme étant « vrais ». C’est ainsi que petit à petit, on se forge notre pensée, notre perception du monde, qui est évidemment teintée de notre subjectivité et des expériences que nous avons vécues.

Or, et c’est bien là le problème, ces conclusions que nous tirons consciemment et inconsciemment des expériences de vie que nous avons vécues peuvent être biaisés ou fausses. De fait, cela altère notre vision de nous-même mais aussi notre vision du monde et des autres. Et c’est ainsi que petit à petit, on peut se retrouver dans des schémas et des processus dysfonctionnels qui vont nous handicaper et nous mettre en difficulté dans notre vie présente.

 
traumatisme-psychologue

L’EMDR permet donc de pouvoir travailler tant sur les « traumas T » que les « traumas t » en cherchant dans l’histoire de la personne quelle mémoire a été stockée de façon « inadaptée » (c’est-à-dire non pertinente pour la personne) et qui l’a amené à avoir tel comportement ou telle pensée qui n’est plus adaptée ou adéquate à ce que souhaite la personne dans sa vie présente.

Pourquoi les mouvements oculaires aident-ils ?

Il est encore difficile actuellement d’expliquer précisément les effets des mouvements oculaires dans la thérapie et le traitement de l’information. De nombreuses recherches en neurobiologie sont en cours afin d’essayer de mieux comprendre les différentes connexions neuronales entre le système limbique, le cortex frontal, les différentes régions du cerveau, la gestion de nos émotions et de notre mémoire.

emdr-nice-psy

L’hypothèse majeure nous amène du côté du sommeil. En effet lorsque nous dormons, nous traversons différentes phases de sommeil et notamment le sommeil paradoxal qui est cette phase du sommeil durant laquelle nous rêvons. Lors de cette phase, on observe que nos yeux bougent bien que nous ayons nos paupières closes. Les chercheurs postulent que ces mouvements oculaires permettent à notre cerveau de faciliter les connexions entre notre hémisphère gauche et notre hémisphère droit ce qui faciliterait le traitement des informations que nous avons eu durant la journée. Toutes ces informations sont elles-mêmes rattachées inconsciemment à d’autres associations que nous faisons de façon inconsciente.

Ces mouvements oculaires permettraient en réalité d’opérer des stimulations bilatérales qui stimuleraient différentes zones de notre cerveau nous permettant de digérer les informations de la journée.

Ainsi lorsque nous dormons, nous parvenons à faire le tri des informations qui nous semble nécessaire ou non pour notre bien-être, pour notre survie et pour notre santé. Le fait de reproduire ses stimulations bilatérales alternées, soit par la vue avec des mouvements oculaires, soit par des sons, soit par le toucher, permettrait d’aider notre cerveau à être dans ce processus de traitement de l’information et de digestion des émotions.

C’est pourquoi lors d’une psychothérapie EMDR, la stimulation bilatérale alternée sera très utile pour aider à traiter des mémoires douloureuses bloquées, afin qu’elles puissent être digérées et traitées par notre psychisme qui sait naturellement s’auto guérir.

Est-ce que l’EMDR permet d’effacer la mémoire ?

En aucun cas l’EMDR permet d’effacer quoi que ce soit : ni la mémoire, ni nos souvenirs. La psychothérapie EMDR permet bien au contraire de pouvoir se rappeler des souvenirs sans en ressentir l’émotion négative qui y est parfois rattachée.

L’objectif est de faire en sorte que le souvenir traumatique perdre son caractère angoissant mais en aucun cas de l’effacer. Les émotions peuvent parfois influencer notre mémoire et modifier nos souvenirs. Lorsque l’on a peur de quelque chose par exemple, on peut parfois avoir tendance à déformer le souvenir (on amplifie ce qui nous fait peur).

Le but de l’EMDR est de pouvoir détacher les émotions négatives qui sont rattachées à ce souvenir et qui, on le sait, peuvent parfois déformer ce souvenir, voir même créer de faux souvenirs. Le but de l’EMDR et donc de pouvoir repenser à un souvenir ancien sans revivre l’émotion rattachée à ce passé dans le présent. C’est pouvoir repenser au passé dans le présent sans souffrir du passé.

Qu’est-ce qui est différent d’une thérapie plus « classique » ?

Ce qui est intéressant avec la psychothérapie EMDR c’est qu’elle s’appuie sur les différents modèles psychothérapeutiques existants. En effet elle est souvent affiliée à une thérapie cognitivo-comportementale ou aux thérapies brèves mais ce n’est pas le cas. Le fait de pouvoir structurer parfois la thérapie de sorte à cibler un problème en particulier peut faire penser aux méthodes employées en TCC mais cela ne résume pas l’approche EMDR.

En effet lors du travail psychothérapeutique en EMDR il est demandé à la personne de pouvoir justement laisser libre cours à sa libre association. Cela fait écho aux approches psychanalytiques.

La différence avec d’autres approches psychothérapeutiques est qu’en EMDR, le thérapeute n’est pas là en tant que « sachant » mais dans une position de « facilitateur ». C’est-à-dire qu’il cherche simplement à faciliter le traitement de l’information naturelle que chacun a en soi.

Comme dit précédemment nous avons tous dans notre cerveau ses capacités de retraitement des informations que nous vivons et le but est de permettre à ses mémoires dysfonctionnelles de pouvoir trouver des solutions plus adaptées et plus pertinente pour la personne afin qu’elle ne souffre plus négativement de ses souvenirs là.

Pour qui s’adresse l’EMDR ?

Bien que les premières recherches se soit focalisées sur les problématiques de stress post-traumatique (notamment parce que ces dernières étaient faites aux États-Unis en lien avec des vétérans de la guerre du Vietnam), nous savons désormais que l’ EMDR permet efficacement d’aider les personnes à surmonter un événement traumatique mais pas seulement.

L’EMDR permet également d’aider les personnes qui souffrent des symptômes comme de :

Est-ce que l'EMDR est efficace ?

La psychothérapie EMDR a été officiellement recommandée pour le traitement de l’état de stress post-traumatique, de stress aigu ou de deuil par de nombreuses organisations de santé telles que :

  • L’Inserm depuis 2004,
  • L’Association Américaine de Psychiatrie depuis 2004,
  • La Haute autorité de santé (HAS) en France depuis 2007,
  • L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) depuis 2013.

De nombreuses recherches sont toujours en cours et permettent de mieux comprendre les avancées et mécanismes psychothérapeutiques permettant aux personnes d’être résiliantes.

 

Combien de temps dure une thérapie EMDR ?

La durée d’une thérapie dépend toujours de la personne et de ce qui lui pose problème. Il n’est pas possible de pouvoir anticiper la durée de la thérapie bien qu’au fur et à mesure des séances on puisse avoir une idée plus globale du nombre de séances qui peuvent être pertinente pour la personne.

La psychothérapie EMDR est avant tout une thérapie qui se base sur l’alliance entre la personne et le thérapeute, qui cherchent conjointement à trouver des solutions afin de pouvoir traiter ou retraiter les souvenirs douloureux ancrés dans la mémoire de la personne.

C’est un travail de coopération qui se fait entre le patient et le thérapeute pour essayer de faciliter autant que possible la digestion des émotions et des souvenirs douloureux qui peuvent continuer de perturber et d’envahir la personne dans son quotidien.

Cela peut donc prendre un certain temps mais une dizaine de séances suffisent parfois à déjà faire avancer et régler un certain nombre de problématiques. L’important est la rythmicité des séances puisque lorsque l’on retraite une information, notre cerveau continue consciemment et inconsciemment à digérer ce qui a été traité lors de la séance précédente. Il est important de pouvoir y revenir pour solidifier et renforcer les évolutions positives et ce qui a été changé.

C’est pour cela qu’une rythmicité de une fois par semaine permet de renforcer les évolutions positives qui se font en séance.

La durée d’une séance de psychothérapie EMDR peut aller de 45 minutes à 1h30 en fonction de ce qui est travaillé en séance. Il est parfois important de prendre le temps de bien traiter des informations plutôt que d’arrêter brusquement et reprendre la fois prochaine d’où le fait que certaines séances soient plus longues que d’autres.

Pour toutes questions, n’hésitez pas à me contacter.

Pour aller plus loin :

  • http://www.efpe.fr/
  • https://www.who.int/fr/news/item/06-08-2013-who-releases-guidance-on-mental-health-care-after-trauma
  • https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/guide_medecin_troubles_anxieux.pdf

SE RENCONTRER