Analyse existentielle et Logothérapie

By in , ,
96
Analyse existentielle et Logothérapie

Une fois n’est pas coutume, je souhaites partager avec vous une nouvelle qui me tient à coeur.

En effet, j’ai l’immense plaisir de vous annoncer que je fais désormais partie du Comité Scientifique de l’Ecole Française d’Analyse et de Thérapie Existentielle (EFrATE). L’Ecole Française d’Analyse et de Thérapie Existentielle est le seul organisme qui soit habilité à dispenser le titre de Praticien en analyse existentielle et en logothérapie. Cette école est en lien direct avec l’Institut Viktor Frankl de Vienne dont elle a reçu l’accréditation en 2014.
Mon but sera, avec l’ensemble de l’équipe de l’EFrATE, de pouvoir promouvoir l’Analyse Existentielle ainsi que la Logothérapie en France mais également hors de ses frontières.

Pour se faire, je vous invite à aller sur le site www.efrate.org afin d’en apprendre plus sur cette approche thérapeutique. Vous y trouverez toutes les informations sur les enseignements de l’école, l’équipe, la déontologie, mais également les textes, revues, et littérature scientifique autours de l’analyse existentielle et de la logothérapie.

Qu’est-ce que l’analyse existentielle ?

L’analyse existentielle est un courant important de la psychothérapie dont il convient de faire certaines distinctions. L’analyse existentielle n’est pas la daseinanalyze comme cela est parfois dit. C’est un raccourci sur lequel nous reviendrons.

L’origine de l’analyse existentielle, avant qu’elle ait réellement cette appellation, remonte à la Grèce antique. En effet, déjà à l’époque, SocratePlatonAristote et d’autres utilisaient la philosophie pour chercher un remède à la souffrance humaine. La réflexion philosophique, en particulier grâce au dialogue socratique, cherchait à aider les personnes à trouver les réponses à leurs vie et à s’élever en se libérant de leurs déterminismes afin de devenir plus libre et vertueux.

Cependant, ce n’est qu’au début du 20ème siècle que des philosophes phénoménologues, notamment Allemands, tels que Jaspers, Husserl ou Heidegger ont cherché à utiliser pratiquement la philosophie existentielle pour soigner les personnes en souffrance psychique. Plus tard, Binswanger et Boss, tous deux psychiatres suisses ont fondé la Daseinsanalyse. La Daseinanalyse est un mélange de psychothérapie d’inspiration psychanalytique, philosophique et phénoménologique s’inspirant de la philosophie d’Heidegger.

L’analyse existentielle, également appelée existenzanalyse est le versant philosophique de la logothérapie qui est une thérapie centrée sur le sens. Cette dernière se distingue de la Daseinsanalyse de Binswanger par les influences intellectuelles qui divergent. Bien qu’elles soient toutes deux issues de la phénoménologie, Binswanger était pétri par la pensée d’Heidegger tandis que Frankl, le fondateur de la logothérapie, était un disciple de la pensée de Scheler.

Les figures contemporaines de l’analyse existentielle

Victor Frankl logothérapie

L’analyse existentielle s’est par la suite développé après la seconde guerre mondiale, avec de plus en plus de professionnels qui s’y sont intéressés, dans différents domaines. Frankl (ci joint), May, Laing ou encore Yalom ont tenté de comprendre la condition humaine au travers de problématiques existentielles que chaque être humain traversait tout au long de sa vie.

La vie de Frankl

Voici un bref résumé de la vie de Victor Frankl.

  • Il est né en 1905 à Vienne, en Autriche, et mort en 1997 dans cette même ville. Professeur de neurologie et de psychiatrie, il est le fondateur de la troisième école de psychothérapie qu’il appelle Logothérapie. Bien que l’analyse existentielle existait déjà avant lui, il est celui qui a permis à cette approche thérapeutique de se développer et de s’exporter dans le monde.
  • Dès 1920, il découvre la psychanalyse et échange avec Freud. En 1925, il débute ses études de médecine. La même année, Frankl se rapproche de Adler et s’éloigne de Freud. Un an plus tard, en 1926, il est exclu de l’Association de Psychologie Individuelle par Adler à cause de leurs divergences. Cette même année, le terme de « logothérapie » est formé.
  • Au début des années 30, Frankl ouvre des centres de consultations et donne des cours en psychiatrie. En 1937, il ouvre son propre cabinet et commence la rédaction de son premier livre (Le Médecin et le soin de l’âme).
  • A partir de 1938, les lois raciales commencent à arriver. Il refuse alors de partir pour les Etats-Unis (notamment pour rester avec ses parents malades). Il se marie en 1941, mais finit par être déporté à Auschwitz en 1944.
  • Dans les camps de concentration, il attrape le typhus et cherche à réécrire son premier livre. A la libération en 1945, il apprend que l’ensemble de sa famille a été tué dans les camps de concentration.
  • En 1946, il se remarie et aura une fille. En 1948, il soutient sa thèse de philosophie Le Dieu Inconscient. Il reprend en parallèle ses activités de médecin et de psychothérapeute à Vienne.
  • Par la suite, il continue d’écrire, de publier et de développer la logothérapie dans le monde. En 1954, Allport traduit ses œuvres et en 1970, le premier institut de logothérapie ouvre ses portes à San Diego.
  • Frankl est par la suite décoré (citoyen d’honneur de Vienne, prix Oscar Pfister), et meurt en 1997 à Vienne, dans sa ville natale.

Qu’est-ce que la logothérapie ?

Selon Viktor Frankl qui en est le fondateur, cette approche serait la troisième forme de psychothérapie, après l’approche psychanalytique de Freud, axée sur le principe de plaisir, et celle d’Adler axée quant à elle sur la volonté de puissance individuelle. La logothérapie se focalise sur le besoin de sens de la personne pour pouvoir s’épanouir et vivre en adéquation avec les valeurs qui sont les siennes.

La logothérapie est l’outil de l’analyse existentielle. C’est à dire que l’analyse existentielle est la branche théorique, et la logothérapie la branche clinique, pratique, au contact de la personne. La logothérapie est donc une psychothérapie qui cherche à aider la personne à travailler et à trouver le sens de sa vie. C’est une thérapie centrée sur le sens.

L’approche logothérapeutique est une approche qui se veut holistique, c’est-à-dire qu’elle ne cantonne pas l’humain à certains déterminismes ou facteurs mais le comprend comme un tout. Dès lors, la travail thérapeutique en logothérapie prendra en compte la totalité de la vie de la personne, et non simplement un problème précis.

Lorsque Frankl a conçu cette approche, il n’était pas en opposition avec la pensée de l’époque, c’est-à-dire avec la pensée psychanalytique et l’approche psychiatrique ; bien au contraire, l’analyse existentielle et la logothérapie étaient complémentaires afin d’aider les personnes en proie à une souffrance psychique. La lutte existentielle que tout un chacun peut vivre quotidiennement est un poids dont il est parfois difficile à supporter et qui peut conduire à de graves troubles, voire au suicide dans les cas les plus grave. C’est ainsi que différentes approches sont nées, afin de pouvoir aider les personnes en souffrance existentielle. Le but étant de pouvoir prendre du recul lors des psychothérapies pour pouvoir accompagner et aider les personnes en manque de sens dans leurs vies à aller mieux et à avancer.

Une thérapie du sens

Le travail logothérapeutique  a pour but de faire prendre conscience à la personne en souffrance du sens de sa vie et des possibilités qu’elle a. En effet, pour Frankl, tout les êtres humains ont un sens dans leur vie, et certains troubles psychiques peuvent provenir du fait que certains ne parviennent pas à vivre en adéquation avec les valeurs qui les définissent ; ils perdent alors le sens de leur vie. C’est ainsi que Frankl postule que la perte de sens dans la vie d’une personne peut la conduire à développer une névrose noogène, c’est à dire en lien avec une perte de sens.

La logothérapie a donc pour objet le traitement de cette névrose noogène. Le vide existentiel vécu par beaucoup de personnes peut plonger ces dernières dans des troubles psychiques lourds, que ce soit suite à un choc traumatique (deuil, accident, agression) ou non. Le but en logothérapie est donc de pouvoir aider les patients à définir ou réévaluer leur raisons de vivre et à les libérer des troubles dont ils souffrent (anxiété, troubles du comportements, conduites addictives, etc.)

Par le travail psychothérapeutique qu’offre la logothérapie, l’Homme peut se défaire des déterminismes qui le cantonnent et l’empêchent d’être lui-même. Il réapprend à pouvoir choisir librement, à prendre du recul sur ce qu’il vit afin de ne pas être dans la réaction perpétuelle. La logothérapie permet de changer son point de vue sur ce que l’on vit en travaillant sur les valeurs d’attitudes, sur nos perspectives, face aux aléas de la vie.

Face à la souffrance, l’Homme n’est pas tout puissant. Pour autant, il a la possibilité de modifier son rapport à la souffrance qu’il vit. En effet, il n’est parfois pas possible de changer les choses qui nous font souffrir, cependant, on peut changer notre façon de les vivre et trouver un sens à cette souffrance. C’est ainsi que la logothérapie cherche à aider la personne à trouver un sens à sa souffrance pour l’accepter et s’en libérer ou à défaut, la rendre supportable au travers de la thérapie.

L’analyse existentielle dans le monde

L’analyse existentielle ainsi que la logothérapie se sont répandues dans le monde. Aux Etats-Unis, Yalom représente une branche active de l’analyse existentielle du côté du Palo Alto. En France, l’EFrATE se développe.

Si vous le pouvez, je vous invite à vous rendre à Valence en Espagne pour le 5ème Congrès Internationale Victor Frankl, du 9 au 12 Septembre prochain. Ce congrès portant sur le futur de la Logothérapie sera un lieu d’échanges et de partages portant sur cette approche thérapeutique encore trop peu connue en France. J’y serais très probablement avec des collègues, n’hésitez pas si vous avez des questions.


Pour toutes questions, n’hésitez pas à nous contacter ou à aller sur le site : https://www.efrate.org/

Pour aller plus loin :

  • Frankl, F., Le thérapeute et le soin de l’âme. Introduction à l’analyse existentielle et à la logothérapie, trad.fr., introduction et notes par Georges-Elia Sarfati, Paris, InterEditions, 2019.
  • Frankl, F., Ce qui ne figure pas dans mes livres, traduction, notes et postface de Georges-Elia Sarfati, Paris, InterEditions, 2014.
  • Sarfati, G.-E., Manuel d’Analyse existentielle et de Logothérapie, Paris, Dunod, Col. ‘’Psychothérapie’’, 2018.

54321
(0 votes. Average 0 of 5)