Comment gérer son anxiété ?

By in ,
436
Comment gérer son anxiété ?

L’anxiété est un trouble très répandu. Elle touche l’ensemble de la population qu’importe le sexe, bien que les femmes en soient légèrement plus victimes, l’âge ou le milieu social. Tout le monde peut souffrir d’anxiété. Dès lors, comment réussir à s’en libérer afin de vivre sa vie de manière épanouie ? Doit-on nécessairement voir un psychologue pour se libérer de son anxiété ?

Qu’est-ce que l’anxiété ?

L’anxiété est un trouble qui se manifeste par un changement d’état psychologique mais aussi physiologique. En effet, l’anxiété a une influence sur le corps (par des somatisations),  sur les émotions (humeur triste, dévalorisation), sur les capacités cognitives (hypervigilance, pensées obsédantes) et sur les comportements (stratégies d’évitement). L’anxiété plonge la personne dans un sentiment de peur, d’insécurité et d’inquiétude quasi constant. Cela peut être particulièrement handicapant au quotidien, d’où la nécessité de s’en libérer à l’aide de la thérapie.

Les différents types d’anxiété

Selon le DSM-IV-TR[1], les troubles anxieux sont nombreux et de différentes formes. Pour autant, dans un soucis de clarté, nous nous concentrerons dans cet article sur l’anxiété générale. Cette dernière peut être causée par :

  • L’anxiété de séparation : chez les enfants dans leur rapport avec leurs parents.
  • L’angoisse existentielle : elle survient quand on ne trouve pas de sens à sa vie.
  • L’anxiété sociale : on se questionne sur le regard des autres sur soi.
  • L’anxiété de performance : souvent en lien avec les études, le travail.
  • La solastalgie : contemporaine, elle correspond à l’angoisse liée aux dérèglements climatiques.

Toutes ces formes d’anxiété se manifestent de manière unique en fonction de l’individu qui en souffre. Chacun vit son anxiété différemment.

De fait, nous essayerons de nous focaliser surtout sur le trouble anxieux généralisé.

psychologue anxiété nice

L’anxiété généralisée se traduit par un sentiment d’incertitude. Ce sentiment conduit à imaginer des scénarii pessimistes ou catastrophiques. C’est ce que l’on appelle voir le verre à moitié vide. Les personnes particulièrement anxieuses sont préoccupées par toutes les nouvelles, qu’elles soient bonnes ou mauvaises.

Une promotion, un départ en vacances et même une réussite pourront conduire à des idées négatives. Porter de nouvelles responsabilités au travail, craindre un cambriolage, oublier ses affaires en vacances, redouter que la chance tourne et qu’une chose mauvaise puisse transformer la réussite du moment en échec… L’angoisse peut s’installer dans n’importe quel moment de la vie.

Les causes de l’anxiété

Il est possible que la génétique détienne sa part de responsabilité. Cependant, l’environnement joue très certainement un rôle prépondérant dans le développement de ce trouble. En effet, l’entourage familial, notamment la relation aux parents dès le plus jeune âge peut avoir une incidence importante. Le modèle éducatif peut amener l’enfant à reproduire l’anxiété de ses propres parents ou à la développer suite à une éducation  qui ne lui est pas adaptée.

L’anxiété peut également être une manifestation de conflits inconscients à des stades importants du développement psycho-affectif de l’enfant. Ces conflits se manifestent par une anxiété suite à une expérience traumatisante. Au moment de la première séparation par exemple. L’enfant peut vivre une angoisse de séparation ou d’abandon qu’il aura du mal à surpasser ou à accepter. La crainte de perdre l’être aimé sera tellement forte que cela peut rester comme un évènement traumatisant pour lui.

Certains évènements de la vie à l’âge adulte peuvent également avoir une part importante dans l’apparition d’un trouble anxieux. Une personne vivant une situation de stress très importante qui la conduirait à un épuisement physique ou psychique peut développer de l’anxiété. Au travail, lorsqu’on subit un stress chronique par exemple ou si la situation professionnelle est précaire.

L’apparition d’une maladie chez soi ou chez un proche peut également favoriser l’anxiété. La mort et la période du deuil accentuent ce sentiment.

L’hygiène de vie joue aussi son rôle dans l’arrivé de l’anxiété. En effet, une alimentation déséquilibrée, peu d’activités sportives, un rythme de sommeil précaire peuvent favoriser des conduites anxieuses. Pour les femmes, les changements hormonaux notamment lors de la ménopause génèrent de l’anxiété.

Les changements de vie comme la parentalité, un décès, un divorce, l’entrée dans la retraite sont des événements qui peuvent susciter de l’anxiété.

Enfin, d’autres pathologies comme la dépression ou des troubles psychiatriques peuvent favoriser un trouble anxieux.

Les symptômes de l’anxiété 

Le corps envoie des signaux à travers des somatisations, mais également au travers de l’humeur, des capacités cognitives et des comportements.

  • Le corps qui souffre. Une personne anxieuse peut ressentir des tensions musculaires : des tremblements, des contractions. Des sensations physiques peuvent également se faire ressentir comme le fait d’avoir les mains froides et humides, la bouche sèche, une transpiration excessive, des nausées, des difficultés à déglutir. Certaines personnes manifestent également des symptômes d’hyperactivité avec par exemple une augmentation de la fréquence cardiaque (comme si le cœur n’arrivait pas à se calmer et s’emballait), des souffles courts ou des vertiges. Les troubles du sommeil sont également fréquents avec des difficultés d’endormissement ou des cauchemar. De même, des troubles de l’alimentation peuvent être présents dans certains cas.
  • L’humeur varie. l’anxiété peut accentuer les troubles dépressifs : dépréciation de soi, baisse de la motivation, idées noires. L’anxiété peut amener un individu  à être dans un état d’agitation et d’hypervigilance avec des pensées obsédantes. L’individu qui souffre d’anxiété peut également être plus irritable à cause de la perte de confiance et de la grande fragilité narcissique dans laquelle il se trouve.
  • Certaines personnes vont développer des troubles du comportement. Cela peut se traduire par des prises de substances pour rechercher un sentiment de soulagement de l’anxiété. Par exemple, l’alcool, l’utilisation de médicaments (sédatifs, hypnotiques ou anxiolytiques) mais également de drogues (cannabis ou autre).
  • Une personne anxieuse va présenter des difficultés à se concentrer et des troubles de la mémoire. Des idées obsédantes peuvent être récurrentes et envahirent la pensée de la personne aggravant son état anxieux. Des idées dépréciatives peuvent se manifester également, majorant l’humeur dépressive.

Différence entre peur et anxiété

L’anxiété se manifeste par un sentiment de peur mais elle se différencie de cette dernière par sa temporalité. En effet, l’anxiété est orientée vers l’avenir. C’est une crainte d’une situation en devenir, qui risque de se produire. La personne angoisse à l’idée que telle ou telle situation négative puisse se produire.

anxiété nice

A l’inverse, la peur se manifeste dans l’instant, dans le présent immédiat. C’est devant l’objet dit « phobogène », c’est à dire l’objet de notre peur, que l’on ressent ce sentiment de peur, et non dans le temps qui précède comme pour l’anxiété. L’anxiété est en quelques sortes une projection dans l’avenir là où la peur est une expérience dans le présent.

Se libérer de l’anxiété

Il est primordial de prendre en charge ce trouble le plus tôt possible afin d’éviter que celui ci ne s’installe durablement, en particulier chez l’enfant. Consulter un psychologue peut vous permettre de retrouver la sérénité mais il existe aussi des solutions à mettre en application au quotidien, à votre échelle.

  • Soigner son hygiène de vie. Exercer une activité sportive présente un effet positif sur les hormones et sur l’humeur. Bouger améliore l’estime de soi et libère certaines pensées négatives. Avoir une bonne alimentation, équilibrée en évitant les excitants (café, nicotine, alcool, etc.) ainsi qu’un bon sommeil (horaires réguliers pour se coucher et se réveiller par exemple) participent à lutter contre l’apparition ou le développement de l’anxiété.
  • Les solutions non médicamenteuses : la méditation, le yoga peuvent réduire l’anxiété. De même, utiliser de l’aromathérapie, c’est à dire des huiles essentielles diffusées dans l’air, peuvent participer à se relaxer et à se sentir mieux. Demandez conseils à votre pharmacien pour choisir celles qui vous sont adaptées.
  • Dans les cas les plus graves, un traitement médicamenteux peut être nécessaire. Plusieurs médicaments peuvent être efficaces contre l’anxiété, tels que les anxiolytiques (les benzodiazépines par exemple) ou certains antidépresseurs (les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN)). Ces médicaments sont des traitements lourds et importants. Ils peuvent entraîner une aggravation de l’anxiété en début de traitement le temps que la molécule agisse. Un risque de dépendance aux benzodiazépines est également possible, d’où la nécessité de bien en parler avec son médecin.

Consulter un psychologue 

Le psychologue est là pour vous aider à gérer vos inquiétudes, vos angoisses et vos appréhensions. Dans le cadre d’une consultation il vous aide à prendre du recul sur ce que vous vivez et vous apprend à mieux gérer vos émotions. Le psychologue est là pour vous accompagner de façon adaptée et surtout en respectant votre rythme. Le but n’est jamais de vous dire quoi faire ni de vous juger mais de vous aider à mieux comprendre l’origine et les causes de votre anxiété. Cela se fera en discutant de votre passé et de ce qui a pu être l’élément déclencheur de cette anxiété.

La thérapie par l’analyse existentielle est une approche que je propose. Elle permet de  trouver un sens au symptôme de l’anxiété. Le but de cette thérapie, initiée par Victor Frankl, permet à la personne qui subit ce trouble de sortir d’un état inactif pour redevenir acteur de sa vie et trouver les solutions pour sa vie en pleine conscience. L’anxiété peut être causée par une absence de sens dans sa vie ou un conflit entre des valeurs antagonistes. Le fait de travailler ces questions en analyse existentielle permet de solutionner le problème et de ne plus souffrir de trouble anxieux.

En effet, le but est de permettre à la personne de retrouver un sens à sa vie au travers des valeurs et aspirations qui lui sont propre. Dans un premier temps, cela sera d’observer qu’est-ce qui est source d’anxiété pour elle, afin de pouvoir petit à petit, s’en détacher.

Dès lors, elle pourra se recentrer sur ce qui fait sens pour elle et trouver en elle les ressources lui permettant de lutter contre son anxiété. La personne reprendra confiance en elle et se sentira  en harmonie avec ses désirs et ses aspirations.

Pour aller plus loin :


[1] APA. (2005). DSM -IV-TR, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. (Rev. éd.). Paris : Masson.

54321
(0 votes. Average 0 of 5)